Non à une extension des horaires d’ouverture exagérée et injustifiée à Nyon!

Derrière une extension d’horaires d’ouverture se trouvent des travailleur.ses, une mère ou un père de famille, des êtres humains qui s’activent et parfois s’épuisent dans des tâches pas reconnues à leur juste valeur.

En voulant faire travailler le personnel une heure plus tard sans compensation, la Société industrielle et commerciale (SIC) de Nyon se moque du personnel et de ses préoccupations. En suivant la SIC dans son désir de faire passer les horaires d’ouverture des magasins à 19h le samedi et les veilles de jours fériés, la Municipalité ne prend pas en compte la santé, les conditions de travail et la vie de famille des employés.

Avec une coalition d'acteurs nyonnais, Unia lance le référendum contre cette modification règlementaire.

Non à la mort de la vie de famille!

Beaucoup de vendeuses et vendeurs sacrifient une partie de leur vie de famille au travail en raison des horaires allongés et de la flexibilisation de leurs plannings de travail. Le week-end est sacré pour tous, il l’est aussi pour le personnel de vente qui mérite de passer des moments en famille ou simplement de repos.

Non à la flexibilisation à outrance

Après l’explosion des horaires d’ouverture des shops de station-service ou dans les gares, la grande distribution s’attaque maintenant aux villes! C’est un pas de plus vers une déréglementation complète. Aujourd’hui une heure le samedi, demain des nocturnes toute la semaine, après-demain le dimanche.

Non aux bas salaires et aux mauvaises conditions de travail

Travailler dans la vente est pénible, et ce métier n’est souvent pas considéré à sa juste valeur. La précarité domine dans cette branche où les contrats d’auxiliaires se répandent. Les vendeuses et les vendeurs aussi souffrent au travail, et prolonger leurs horaires ne fera qu’empirer la situation. Aussi, les compensations prévues pour ces sacrifices sont insuffisantes; aucun compromis équilibré n’a malheureusement été trouvé.

Non à la poudre aux yeux de la «création d’emploi»!

Etendre les horaires d’ouverture ne crée pas d’emploi. Cela contribue juste à flexibiliser encore plus les contrats de travail du personnel qui travaille à temps partiel, souvent sans l’avoir choisi.

Non à la mort des petits commerces

Les extensions d’ouverture profitent à ceux qui les défendent à bras-le-corps: les grands groupes! Etendre les horaires d’ouverture accentuera la pression sur les petits établissements, qui n’auront d’autre choix que de disparaître sous le coup de la concurrence féroce qui leur est livrée.

Augmentez l'attractivité de la ville, augmentez les salaires, pas les horaires !
Pour dynamiser le commerce en ville de Nyon, le personnel de la vente a fait de nombreuses propositions parmi lesquelles: une politique de parking moins répressive, l’animation du centre-ville pour y attirer du monde... Ces propositions ne sont manifestement pas entendues.

Enfin, il faut en finir avec le mensonge qui dit que le tourisme d’achat est dû à une plus large ouverture des commerces en France! C’est tout simplement faux: si les travailleuses et travailleurs suisses font leurs courses à l’étranger c’est principalement au nom du pouvoir d’achat. Il faut donc augmenter les salaires et non les horaires.

Télécharger le tract complet