Licenciement d’un délégué syndical : menace sur nos droits et conditions de travail!

Le 24 juin 2019, Mickaël Beday, délégué syndical au sein de l'entreprise Dubois Dépraz SA au Lieu, a été licencié.

Or, les erreurs qui lui sont reprochées ne justifient en aucun cas cette décision.

Au sein de l'entreprise, Mickaël Beday avait créé un groupe syndical, menait des démarches pour faire appliquer la convention collective de l'horlogerie, et s'était notamment engagé pour le respect des règles d'indemnisation des employés lors du déménagement d’un atelier.

Ce licenciement ne sanctionne donc pas un employé, mais un délégué syndical et  son engagement pour la défense de ses collègues.

La Suisse a été inscrite sur la liste noire de l'Organisation internationale du travail (OIT) en raison du manque de protection qu'elle accorde aux représentants du personnel contre les sanctions et les représailles. Pourtant signataire de la convention 87 de l'OIT qui demande des garanties à ce sujet, la Suisse ne l'applique pas.

Le licenciement de Mickaël Beday est une illustration de la gravité de cette lacune de la loi suisse, et elle démontre ce que peut être l'acharnement patronal contre les droits des travailleuses et travaillers et contre les libertés syndicales. 

Pétition de soutien

Soutenu-e-s par le syndicat Unia, les employé-e-s s’opposent à cette décision et réclament la réintégration de Mickaël Béday chez Dubois Dépraz à son poste de travail et de délégué syndical! En signant la pétition, vous pouvez appuyer cette demande.